Un bilan professionnel comprend deux parties :

 1 – Le bilan de personnalité
(soft skills, aptitudes comportementales et savoir-faire relationnel )

2 – Le bilan de carrière
(savoirs, savoirs faire, savoirs faire – faire, résultats et contributions)

Le bilan de personnalité et le bilan de carrière permettent de rédiger un CV répondant aux attentes des recruteurs

Le bilan professionnel est une analyse personnelle que l’on fait à un moment précis de sa vie professionnelle.

L’objectif est d’évaluer vos acquis passés afin de vous aider sur votre orientation future. La réalisation d’un bilan professionnel est une étape incontournable dans le cadre d’une évolution professionnelle (en interne ou en externe). Elle permet d’envisager un nouveau poste dans son entreprise ou de se lancer sur le marché du travail en connaissant par avance ses acquis, ses atouts et les possibilités qui s’offrent à vous.

Le bilan professionnel, vu par Primastone Consultant, c’est…

Un outil de gestion de carrière dynamique orienté vers le changement. Un temps de réflexion, une démarche volontaire et active. Un outil d’aide à la décision.

Quelle différence avec le Bilan de compétences ?

Le Bilan professionnel et le Bilan de compétences sont deux outils distincts qui ont des objectifs bien différents. Le Bilan de compétences, comme son nom l’indique se concentre essentiellement sur les compétences professionnelles. Ainsi, il s’agit de faire un point, à un instant T. Tandis que le Bilan professionnel permet de faire le point tant sur un plan personnel que professionnel. Sont abordés vos compétences, vos résultats et contributions, vos capacités, vos aptitudes, vos expériences, vos préférences ainsi que votre fonctionnement. Les compétences ne sont donc qu’une composante et non le cœur de l’analyse effectuée. Le Bilan professionnel, au-delà de l‘analyse des savoir-faire du salarié, intègre la construction d’un projet professionnel et une phase opérationnelle. Ce qui n’est pas toujours le cas pour un Bilan de compétences.

Objectifs du bilan professionnel :

 1 – Réaliser votre bilan de carrière :

Connaître vos savoirs : l’ensemble des connaissances acquises lors de vos études, de vos formations ou d’expériences professionnelles.Connaître vos savoir-faire : vos domaines d’expertise, vos compétences techniques : tout ce que vous êtes capable de faire. Nous devons ici passer en revue les différents postes occupés et déterminer pour chacun les compétences mises en œuvre, en détaillant tous les aspects : technique, administratif, humain, financier, matériel, etc.

Connaître vos résultats, vos contributions : Nous devons identifier et surtout quantifier et qualifier la Valeur ajoutée apportée à l’entreprise à partir de vos réalisations bien concrètes

2 –Réaliser votre bilan de personnalité :
Connaître votre savoir être: votre personnalité, vos qualités, vos défauts : tout ce qui caractérise votre comportement. Vos aptitudes relationnelles et comportementales (vos soft skills) critères de plus en plus différentiels.

Connaître vos motivations, vos valeurs : qu’est-ce qui vous motive, qu’est-ce qui vous pousse à agir.

Connaître votre « savoir-faire faire » vos compétences en management d’équipes, votre style de Manager.

Les qualités et soft skills nécessaires pour réussir dans le monde du travail de demain

Aujourd’hui, pour les recruteurs et les employeurs, l’enjeu n’est plus tant de recruter des profils que des potentiels. Cela suppose qu’on s’attache davantage à la personnalité et aux capacités d’adaptation ou d’évolution du candidat, qu’à son seul diplôme ou à ses expériences passées. Dans le cadre d’un recrutement, le savoir-être et la motivation sont désormais des éléments clés.

La personnalité devient un critère de sélection à l’embauche

Selon une enquête réalisée par TTI Success Insights auprès d’une centaine de responsables RH, recruteurs, managers et dirigeants, seuls 34 % des professionnels déclarent que la personnalité est le critère de sélection numéro 1 lors d’une embauche. Pourtant, si la formation et la maîtrise de certaines compétences techniques sont parfois essentielles dans l’occupation d’une fonction, elles sont également insuffisantes.

 

Dans un monde du travail qui se transforme, s’automatise et se digitalise, l’obsolescence des compétences techniques (hard skills) s’accélère, si bien que le principal défi pour le salarié est aujourd’hui de parvenir à adapter ses compétences à des fonctions qui ne cessent d’évoluer.

 

Élargir le champ des compétences : la révolution des soft skills

Les compétences cognitives et comportementales suscitent de plus en plus l’intérêt au sein des entreprises qui cherchent à recruter plus largement pour favoriser une ambiance de travail agréable mais aussi un collectif plus divers et plus inclusif – donc plus performant – en s’assurant de la capacité de la recrue potentielle à être en adéquation avec les valeurs de l’entreprise. Ces éléments sont essentiels pour l’intégration et la réussite professionnelle du candidat au sein de l’entreprise.

 

Les soft skills : des atouts à mettre en avant sur votre CV

Pour informer un employeur de ses compétences comportementales, il est indispensable de les avoir identifiées au préalable.

 

Fermer le menu